Créer mon blog M'identifier

Tenue de travail : les points à savoir

Le 11 août 2015, 13:25 dans Humeurs 0

Pour certains types de métiers, il est indispensable de porter un vêtement de travail. Selon le domaine dans lequel vous évoluez, l’uniforme ou le « bleu de travail » sert à identifier votre établissements, à distinguer les différents postes existants dans le secteur, à publiciser l’entreprise dans laquelle vous travaillez, à vous protéger des éventuels dangers inhérents à votre travail. Pour ce dernier temps, il faut savoir différencier les tenues de travail des équipements de protection individuelle ou EPI.

 

L’obligation de porter une tenue de travail

 

Votre employeur est en droit de vous exiger le port d’une tenue vestimentaire particulière, si tel est le statut de l’entreprise ou de la société au sein de laquelle vous travaillez. Ce droit est reconnu par la loi qui prévoit même l’application d’une mesure disciplinaire à votre encontre, pouvant aller jusqu'au congédiement, en cas de désobéissance à cette règle. Dans de tel cas, qui fournit ces vêtements, votre employeur ou par vos propres moyens ?

 

En se référant aux normes de travail, votre employeur doit vous le remettre sans qu’aucune somme d’argents ne vous soit demandée pour son achat. Il est également tenu de prendre en charge l’usage et l’entretien de la tenue de travail ainsi que les accessoires qui vont avec. C’est notamment le cas des équipements de protection dont le port indispensable dans certaines professions, dont le Bâtiment et travaux publics.

 

Les équipements de protection individuelle ou EPI

 

Régis également par la loi, votre employeur doit vous fournir gratuitement des équipements adaptés à votre travail, à cause des risques que vous pourrez encourir durant l’exercice des travaux. Il existe 3 catégories d’EPI :

 

  • Classe I : couvrant les risques mineurs
  • Clase II : protégeant contre les risques importants
  • Classe III : pour les risques graves, voire même mortels.

 

Quel que soit leur classement et selon le métier exercé, on distingue des EPI pour la tête, les yeux, les oreilles, les voies respiratoires, les membres inférieurs et supérieurs ainsi que le corps.

Tenue de travail : les points à savoir

Le 15 juillet 2015, 19:17 dans Humeurs 0

 

Pour certains types de métiers, il est indispensable de porter un vêtement de travail. Selon le domaine dans lequel vous évoluez, l’uniforme ou le « bleu de travail » sert à identifier votre établissements, à distinguer les différents postes existants dans le secteur, à publiciser l’entreprise dans laquelle vous travaillez, à vous protéger des éventuels dangers inhérents à votre travail. Pour ce dernier temps, il faut savoir différencier les tenues de travail des équipements de protection individuelle ou EPI.

 

L’obligation de porter une tenue de travail

 

Votre employeur est en droit de vous exiger le port d’une tenue vestimentaire particulière, si tel est le statut de l’entreprise ou de la société au sein de laquelle vous travaillez. Ce droit est reconnu par la loi qui prévoit même l’application d’une mesure disciplinaire à votre encontre, pouvant aller jusqu'au congédiement, en cas de désobéissance à cette règle. Dans de tel cas, qui fournit ces vêtements, votre employeur ou par vos propres moyens ?

 

En se référant aux normes de travail, votre employeur doit vous le remettre sans qu’aucune somme d’argents ne vous soit demandée pour son achat. Il est également tenu de prendre en charge l’usage et l’entretien dudit vêtement de travail ainsi que les accessoires qui vont avec. C’est notamment le cas des équipements de protection dont le port indispensable dans certaines professions, dont le Bâtiment et travaux publics.

 

Les équipements de protection individuelle ou EPI

 

Régis également par la loi, votre employeur doit vous fournir gratuitement des équipements adaptés à votre travail, à cause des risques que vous pourrez encourir durant l’exercice des travaux. Il existe 3 catégories d’EPI :

 

  • Classe I : couvrant les risques mineurs
  • Clase II : protégeant contre les risques importants
  • Classe III : pour les risques graves, voire même mortels.

 

Quel que soit leur classement et selon le métier exercé, on distingue des EPI pour la tête, les yeux, les oreilles, les voies respiratoires, les membres inférieurs et supérieurs ainsi que le corps.